Notre projet européen L'appel de Naples

Le texte de l'appel de Naples, portés par des représentants des partis de toute l'Union européenne.

A tous les européens : mobilisons-nous pour mai 2019 !

Le 10 mars 2018, au départ de Naples, nous embarquons à destination de la première initiative transnationale, la première liste paneuropéenne que nous présenterons à l'occasion des élections européennes de mai 2019, grâce au Manifeste unique et pour tracer le chemin d'une Europe démocratique, écologique, égalitaire et ambitieuse.

L'Europe est au bord du gouffre. Abandonnée aux mains de l'Establishment, elle poursuivra sa dérive vers l'abyme. Ensemble, nous pouvons ouvrir un autre chemin. Les années qui viennent détermineront pour notre génération et les générations futures si l'Europe s'engage vers une lente agonie ou si elle est source de promesses. Notre génération doit se saisir de cette occasion.

Qui sommes nous ?

Nous venons du Nord, du Sud, de l'Est et de l'Ouest. Nous venons du continent européen, des îles et des régions ultrapériphériques. Nous sommes progressistes, démocrates radicaux, écologistes, féministes. Nous sommes citoyens, militants, maires, élus locaux. Nous apportons nos différentes cultures, langues, accents, histoires politiques, idéologies, couleurs de peau, genres, etc. au premier parti transnational d'Europe.

Nous nous engageons pour nos villes, nos régions, nos pays, notre environnement, notre Europe. Notre objectif est de devenir l'alternative crédible, cohérente et radicale au sein du Parlement européen.

Le déraillement de l'Europe

Au cœur du déraillement de l'Europe, réside une tromperie: à Bruxelles comme à Francfort, le processus de décision est jupitérien, opaque et fondé sur des intérêts de classes alors qu'il est présenté dans toutes les capitales nationales comme "technique", "managérial" et "neutre". On l'a même prétendu apolitique. Les élites européennes et nationales ont court-circuité les processus démocratiques afin d'imposer des mesures impopulaires au détriment de l'environnement et du peuple, tout en accusant "l'Europe"!

Maintes fois les Européens ont tenté de les arrêter. Hélas, le peuple a été ignoré. Et lorsque l'échec des politiques de l'Establishment a provoqué une crise européenne systémique, ces mêmes élites ont doublé la mise en créant de nouvelles bureaucraties, des troïkas et des "règles" arbitraires pour imposer des politiques toujours plus destructrices : austérité, dérégulation, privatisation, démantèlement des syndicats, tout en fermant les yeux sur la baisse des salaires, l'insécurité, les paradis fiscaux, la crise du logement et le surrégime des services publics. Aujourd'hui, après avoir conduit l'Europe au bord du précipice, ils osent se présenter comme ses défenseurs !

Comment s'étonner que les sirènes de la désintégration attirent aujourd'hui autant d'Européens? L'Establishment et les forces xénophobes qui appellent au repli sur l'État-nation patriarcal, sont des forces complices qui se nourrissent l'une l'autre.

Nous refusons les options qu'ils proposent, qu'il s'agisse du " toujours plus de cette Europe" ou de la désintégration nationaliste, ce sont toutes deux des voies sans issues.

Heureusement, il y a toujours une alternative !

Nos convictions

L'Union européenne a montré au monde comment la paix peut émerger de conflits séculaires et autres fanatismes. Il est temps désormais de montrer au monde que la solidarité, la protection contre l'exploitation, la rationalité, la transparence, l'émancipation et la prospérité partagée peuvent devenir les ferments d'une Union européenne renouvelée et démocratique.

Nous sommes convaincus que la solution aux crises de nos régions et de nos pays doit être européenne. À l'instar du changement climatique ou de l'évasion fiscale, qui nécessitent une action à la fois locale et globale, nous avons besoin d'une stratégie paneuropéenne, nationale, régionale et municipale combinée, pour faire face à nos crises communes: la dette publique et privée ; les faibles niveaux d'investissement qui contribuent à la précarité, au chômage et à la pauvreté; la pression sur les salaires; la question alimentaire et ses conséquences sur la santé publique; l'insuffisance des logements sociaux; les migrations involontaires au sein de l'UE et le manque de solidarité avec les réfugiés; les défis posés par la robotisation; le patriarcat; et, bien sûr, le changement climatique.

Aucune de ces solutions ne peut émerger de la technocratie actuelle où jamais rien ne change. De fait, elles ne peuvent pas non plus venir des désintégrateurs qui proposent un retour à l'État-nation. Il est temps que les citoyens se réapproprient le contrôle démocratique de l'Union européenne.

Ce dont les Européens ont besoin aujourd'hui, c'est d'un plan réaliste mais radical pour mettre fin à la crise de l'Europe. Le compte a rebours est lancé et nous devons agir d'urgence. Nul besoin de donner davantage de pouvoirs à Bruxelles ni d'attendre une nouvelle réforme des traités pour agir.

Notre programme repose sur deux piliers :

Le New Deal paneuropéen écologique

Un plan englobant des réformes économiques, écologiques et sociales pour faire face aux crises de la dette publique et privée, lutter contre le sous-investissement, la pauvreté, les inégalités en Europe, promouvoir les biens publics et communs et mettre en œuvre un programme massif d'investissement vert au niveau de 4,5% du PIB de l'Union européenne, et en coopération directe avec les territoires. Ces mesures peuvent être mises en œuvre dans un délai de deux ans (2019-2021) dans le cadre des institutions existantes.

Le processus d'Assemblée constituante des peuples européens

L'Europe a besoin d'une Constitution démocratique écrite par et pour les peuples d'Europe. Elle doit permettre de placer les citoyens, les communautés locales et régionales au centre de la prise de décision. Parallèlement à notre New Deal, nous lancerons un processus d'assemblées locales, en partant des villes et villages de toute l'Europe, pour aboutir à une Assemblée constituante qui, avec le Parlement européen, élaborera la future Constitution démocratique européenne d'ici 2025.

Comment procéder ? La feuille de route jusqu'en mai 2019

Un conseil provisoire de notre parti transnational unique a été constitué, au sein duquel tous les mouvements participants seront représentés de manière égale. Le conseil est ouvert à ceux qui souhaitent s'y joindre et nous proposerons aux citoyens d'adhérer directement. D'ici juin 2018, notre Manifeste commun sera présenté, suivi d'une tournée dans les capitales européennes. D'ici la fin de l'été 2018, nos adhérents de toute l'Europe choisiront la liste des candidats qui présenteront, débattront et défendrons notre Manifeste et notre agenda politique dans chaque ville, village et cité d'Europe.

Le train a quitté la gare, tranquillement, ses portes restent grandes ouvertes.

Rejoignez- nous !

Lire la suite