L'impératif démocratique Gérard Collomb doit partir

Communiqué de presse du 20 juillet 2018 de Benoît Hamon

La presse révèle ce matin que le ministre de l’intérieur a été mis au courant dès le 2 mai dernier des actes de violence commis par Alexandre Benalla lors de la manifestation de la veille.

En dissimulant délibérément cette information à la représentation nationale et à la justice, Gérard Collomb s’est montré indigne de sa fonction et a porté atteinte aux fondements de notre démocratie, altérant l’indispensable confiance que nos concitoyens doivent avoir dans les institutions de la République.

Cette révélation s’ajoute à une série de mensonges et de dissimulations au plus haut sommet de l’Etat. Je considère ces faits comme étant d’une extrême gravité, rendant impossible la poursuite par Gérard Collomb de sa mission de Ministre de l’Intérieur. En conséquence, j’appelle à sa démission dans les plus brefs délais.

L’attitude du ministre de l’intérieur déshonore le travail de milliers de fonctionnaires de police dont il a la responsabilité, elle met en cause nos institutions, l’autorité de l’Etat et la vitalité de notre démocratie. Gérard Collomb doit partir.

Benoît Hamon

Lire la suite

Commentaires

Connectez-vous pour écrire un commentaire
photo de profil de clerc catherine & catherine vistel
clerc catherine & catherine vistel
il y a un mois

En toute connaissance de causes, le ministre de l'intérieur a donc permis qu'une personne se substitue à l'ordre public en ayant tenté d’étouffer cette affaire et en ne saisissant pas la justice dés ces éléments connus début mai, faisant fi de l'article 40 du code pénal. Un grave, très grave manquement à son devoir d'exemplarité. L'Elysée a failli à ce devoir et c'est ainsi placé au dessus des lois. Une sanction à la hauteur de cet état de fait se doit être prise. 


photo de profil de En route !
En route !
il y a un mois

Quoi qu'en disent les partisans du président Macron, des réponses vont devoir être données en terme de procédure et de droit. Et celles-ci ne suffiront pas à expliquer tant de disfonctionnements puis de mensonges. Il faudra alors répondre aux questions d'interdependance entre le président Macron et ce collaborateur pour qui le président risque tant...

photo de profil de MARIANNE MONDIALE UNIVERSELLE DE FRANCE
MARIANNE MONDIALE UNIVERSELLE DE FRANCE
il y a 21 jours

Bonjour,

Concernant l'article 40, le Ministre aurait pu saisir. Mais en réalité, il est au bout d'une chaine hiérarchique. C'est son chef de cabinet qui n'a pas respecté la procédure et a contourné le Ministre d'état.

Si il fait cette déclaration aujourd'hui, alors que c'est public, le procureur  va lui dire "mais Monsieur, vous n'êtes pas témoin", "vous n'avez reçue la vidéo à l'époque". Il conclura : "pourquoi vos subalternes n'ont pas fait ces déclarations envers vous ou le procureur ?".  

Le 2 mais 2018, c'est son chef de cabinet qui a jugé qu'une sanction de 15 jours suffisait à pardonner un passage à tabac policier et qu'il n'avait pas à transmettre l'information au procureur.
 

Bien à vous,

MMF.